À propos d'Alexandre Boulerice

Vous pouvez consulter mon site officiel à l'adresse : http://boulerice.org

Bonjour,

Combattre les injustices, sous toutes ses formes, et assurer à tous et toutes une vie digne, ont toujours été à la source de mon engagement social, politique et communautaire. J'ai la conviction profonde que la solidarité et la fraternité sont les piliers sur lesquels nous pouvons bâtir une monde meilleur.

Je suis né et j'ai grandi à Saint-Jean-sur-Richelieu avec mon père Jacques, ma mère Lorraine et mon frère Nicolas. Une enfance heureuse dans une maison pleine de jeux et de rires.

J'ai commencé à travailler à 15 ans comme surveillant-sauveteur pour la municipalité. J'ai poursuivi dans ce domaine pendant plusieurs années en occupant de nombreuses fonctions dont moniteur en sauvetage ou gérant de piscine. Pendant des années j'ai également été un nageur pour le Club de natation du Haut-Richelieu. J'ai des souvenirs merveilleux de cette belle gang de jeunes sportifs.

Après ma formation collégiale, je déménage à Montréal pour effectuer un baccalauréat en sociologie à l'Université de Montréal. Par la suite, j'ai eu la chance de poursuivre des études en science politique à l'UQAM et une scolarité de maîtrise à l'Université McGill.

Sur le plan professionnel, j'ai été engagé comme journaliste-monteur par la chaîne d'information LCN qui venait à peine de naître. Peu après, j'ai continué ce travail journalistique dans la salle de nouvelles deTVA. À cette époque, j'ai commencé à m'impliquer dans l'organisation syndicale, une expérience enrichissante qui m'a permis de défendre les droits et les conditions de travail de mes collègues. Nous avons mené plusieurs batailles, entre autres, nous avons réussi à diminuer la précarité des travailleurs qui œuvraient sur une base régulière.

Prenant goût à l'engagement social, je quitte cet emploi afin d'aller travailler dans un groupe communautaire, l'Union des travailleurs et travailleuses accidentés de Montréal (UTTAM).  Pendant près d'un an, je suis venu en aide à des personnes qui devaient lutter pour faire respecter leurs droits, souvent dans des situations personnelles très 

pénibles. Ce fut la découverte d'une réalité souvent méconnue, des travailleurs, la plupart immigrants, qui se battent pour recevoir une compensation après un accident de travail ou une maladie professionnelle. 

Par la suite, un poste au service des communications du SCFP s'ouvre.  Sautant sur l'occasion, je passe les tests et je suis engagé. Deux semaines plus tard, c'est le début de la grande grève de Vidéotron de 2002-2003. C'est le baptême du feu et le début de plusieurs années de militantisme dans le plus grand syndicat au pays.  Des années palpitantes ou j'ai eu le bonheur de collaborer avec des gens qui ont le cœur à la bonne place.

Depuis la fin des années 1990, je suis membre et militant du Nouveau parti démocratique et je donne un coup de pouce aux elections. Je me présente une première fois aux élections de 2008 dans Rosemont-La Petite-Patrie, où nous recueillons plus de 8500 votes. Ensuite , je deviens le vice-président pour les communications de la Section-Québec du NPD, sous la présidence de Françoise Boivin.

Et la fin de l'histoire, vous la connaissez. Avec Jack, nous avons créé la vague orange au Québec et avons fait élire un nombre incroyable de nouveaux députés néo-démocrates. Et lors du prochain rendez-vous électoral, nous serons fins prêts à remplacer les conservateurs de Stephen Harper. Nous aurons la chance de porter au pouvoir une équipe d'hommes et de femmes intègres, proche des besoins des gens. Le premier gouvernement NPD fédéral de notre histoire.

Et comme le disait Jack, "Ne les laissez jamais vous dire qu'on ne peut pas le faire!"

Alexandre


Be the first to comment

Please check your e-mail for a link to activate your account.